... dudy's blog » 9/10

Posts Tagged ‘9/10’

hasta la vista, pourquoi j’aime le cinéma

Dimanche, janvier 27th, 2013

hasta la vista hasta la vista, pourquoi jaime le cinéma

Sous prétexte de la route des vins, 3 handicapés encore vierges embarquent pour un road-trip vers l’espagne et ses maisons closes. Loin d’un pathos, que j’attendais pourtant, Hasta la Vista et son côté teen-movie (humour, sexe, alcool) feront avant tout rire (coupablement) le spectateur sur la tragédie de l’handicap.

(suite…)

ruby sparks, on ne peut créer la femme parfaite eh…

Vendredi, novembre 2nd, 2012

ruby sparks ruby sparks, on ne peut créer la femme parfaite eh...

« Un pur retour au source pour de la comédie indie » Bidule ou Machin

« Ruby Sparks is an extraordinary story. Deep,strong, and sometimes violent, as I like it» A wife

« Ruby Sparks, c’est d’la bombe bébé » Joey Starr

« Dix milles 500 days of summer ne font pas un Ruby Sparks » Newton

 
Play 

Calvin (Paul Dano) est un écrivain en manque d’inspiration jusqu’à ce que son psychiatre lui propose d’écrire sur la fille de ses rêves. Grosse surprise pour Calvin, genre étonnement maximum lorsque Ruby (Zoe Kazan) prend alors forme et devient réalité.

Ruby Sparks ou Elle s’appelle Ruby pour les francophones, c’est un peu mon film de l’année qui doit énormément au duo d’acteurs Dano, Kazan jeunots, et à l’image des camemberts: bien faits. Le scénario, rédigé par Zoe Kazan elle-même, y est pour beaucoup aussi bien que l’on soit à la limite du plagiat de Stranger than Fiction avec ce jeu entre réalité et fiction de l’écrivain.

La magie a sacrément opéré sur moi, enfin le côté enfantin de Zoe plutôt. Et puis l’univers mis en place par Jonathan Dayton, Valerie Faris est aussi attendrissant que celui de leur film précédent (Little Miss Sunshine) que j’adule. Finalement, oh oui ! le couple n’oublie pas sa collaboration avec Nick Urata (leader du groupe DeVotchka qui est à l’origine de la bande son de LMS) lui offrant l’opportunité d’émerveiller une nouvelle fois mes petites oreilles.

Donc gros coup de coeur, Ruby Sparks est un de ces films qui te donnent envie de regarder la générique jusqu’à la dernière ligne.

(suite…)

le déclin de l’empire américain ou la sexualité des intellectuels

Dimanche, septembre 9th, 2012

le declin de lempire american le déclin de lempire américain ou la sexualité des intellectuels

“Ce film est un grand classique du cinéma québécois, mais a aussi connu un succès international. Qu’on ne l’aime ou qu’on ne l’aime pas, il fait partie de cette longue de liste de films qu’il est intéressant d’avoir vu. Parce qu’il est une référence dans le genre, et qu’il fait, immanquablement, réfléchir.” madmoizelle.com

“Ce film est à l’image de ses personnages : il a tendance à tout intellectualiser, et ne tourne pratiquement qu’autour de dialogues, idées et autres considérations. Heureusement, le propos se renouvelle souvent et se montre caustique à souhait. ” colimasson

“Sous la trame des dialogues brillants, enfilade de bons mots truculents et de saillies politiques, sous le talent et la complicité des comédiens se développe une ample et amère critique sociale, que Denys Arcand reprendra, dix-sept ans après, dans Les Invasions barbares, retrouvailles plus émues et plus graves avec la petite bande du Déclin.” telerama

14 ans avant les invasions barbares, Denys Arcand réalise le déclin de l’empire américain qui ressemble fortement à my diner with andre version à 8. Avec ses jolies réflexions imagées par ses anecdotes pas toujours crédibles mais croustillantes, on écoute tel l’élève devant son professeur d’université; bravo Denys.

1 / 41234